Ostéopathie et grossesse

L'OSTEOPATHIE : UN TRAITEMENT DES TROUBLES DE LA GROSSESSE

- obstétricaux : présentations difficiles (siège, transverse), contractions ou spasmes utérins.

Toutes ces dysfonctions peuvent être traitées et améliorées par des séances d’ostéopathie régulières au cours de la grossesse. 

L'OSTEOPATHIE : POUR LE CONFORT DE LA GROSSESSE

Le suivi ostéopathique apporte à la future maman et à son bébé un bien être certain pour une grossesse harmonieuse :

- la gestion du stress

- l'amélioration des fonctions respiratoires

- la relation mère-enfant

- l'amélioration des troubles circulatoires.

L’ostéopathie permet une meilleure adaptation de l’organisme aux changements de contrainte tissulaire et aux pressions abdominales liés à la grossesse. 

L'OSTEOPATHIE : UNE PREPARATION A LA NAISSANCE

Toute séquelle de traumatisme du bassin est susceptible de perturber le bon déroulement de l’accouchement. Par son travail spécifique, l’ostéopathe s’assure de la bonne mobilité du bassin et de l’axe vertébral, notamment dans les cas de :

- chute ancienne sur le coccyx

- fracture du bassin, luxation

- accident de voiture

- cicatrice d’épisiotomie

- ancienne péridurale douloureuse.

L’ostéopathie, technique tissulaire manuelle douce, est sans danger pour la maman et le fœtus. Elle ne dispense en aucun cas d’un suivi obstétrical conventionnel.

Lors de la grossesse, il est fréquent qu’apparaissent des troubles fonctionnels :

- mécaniques : douleurs coccygiennes, vertébrales ou sciatiques.

- digestifs : nausées, vomissements, remontées acides, digestions difficiles.

- uro-gynécologiques : infections urinaires, mycoses, sensations de pesanteur.

Le travail de l’ostéopathe s’intègre alors à part entière dans le suivi de la grossesse par l’équipe médicale (sage-femme, gynécologue, obstétricien).

 

Toute séquelle de traumatisme du bassin est susceptible de perturber le bon déroulement de l’accouchement. Par son travail spécifique, l’ostéopathe s’assure de la bonne mobilité du bassin et de l’axe vertébral, notamment dans les cas de :

- chute ancienne sur le coccyx

- fracture du bassin, luxation

- accident de voiture

- cicatrice d’épisiotomie

- ancienne péridurale douloureuse.

 

                                                                 Dsc 5506