Une relation d'aide saine

Sortir du jeu de rôles sauveur/victime/bourreau

 La relation soigné/ soignant est une relation parmi tant d'autres où le jeu des chaises musicales peut biensùr avoir lieu.

 Voilà plusieurs années que je réflechis sur le positionnement des soignants et des soignés,et partculièrement sur mon positionnement;

 Je pense que c' est déterminant pour la qualité du soin ,pour la richesse de l'échange et de la relation ,pour le bien être et la guérison au long terme.

 

 Qu'est ce qui caractérise une relation d'aide saine?

 

1-La demande d'aide doit être clairement énoncée

Pour cela la verbalisation d'un objectif clair ,faisable et de façon positive est importante.

 

 La victime sortira de sa plainte et se fixera un objectif constructif.

 Le sauveur cessera de nourrir son égo et ne cédera pas à une relation de pouvoir.

 Le thérapeute n'est pas là pour flatter  son patient ,pour reprendre Franck Lopvet qui baptisent 

ce genre de thérapeutes les "t es beaulogues"

le thérapeute est là pour être authentique et diplomate,mais il se doit d'aborder s'il le sent 

des points délicats importants mais avec bienveillance et honnêteté,il n'a pas non plus à se

transformer en bourreau!

Le patient a tout intérêt à ne pas jouer (victime ,bourreau) et à être aussi authentique et 

bienveillant que possible.

 

2-L'offre d'aide doit être cadrée dans le temps et  dans le contenu:

 Les conditions sont fixées au départ ,nombre de séances ,prix,durée,faire le point entre les séances,si il n'y a pas d'évolution il faut repenser le contenu ou s'orienter vers un autre praticien.

Le patient doit être rassuré sur la confidentialité de l'échange.

 

3-L'aide doit comporter une contrepartie:

 Cela évite de créer une dette et préserve la dignité.

 Cela évite aussi le"tout ce que j'ai fait pour toi!! "

.

4-Ne jamais faire plus de 50 % du chemin:

S'assurer que l'aidé collabore et l'aideur garde toute son énergie.

Le patient repart avec une action (auto massage,exo etc),un traitement à suivre 

sérieusement(fleur de Bach,cure phyto)

 Le patient est acteur de son traitement et ancre quelque chose dans son présent et dans la matière .

 

5-L'aide doit viser le retour à l'autonomie et non à la dépendance.

 

 

 L'aidé remercie son aideur modérément car c'est lui qui a fourni les efforts et qui à payé son aide,il ne doit donc rien à son aideur.

 L'aideur est alors plus un éveilleur qu'un réalisateur de miracle.

 L'ostéopathie comme d'autres thérapies hollistiques parlent d'un potentiel d'auto guérison ou/et de maintien en santé 

présents en chacun de nous,le thérapeute ne fait que stimuler ceci,parfois le patient trouve sa solution sur une voie 

ou par un biais que je n'aurais pas soupçonné,c'est formidable.

 Cette  relation a été chaleureuse et pleine de générosité pour une aide adéquate dans le profond respect des êtres.

 Une relation moins nourrissante  pour l'ego du sauveur et moins délicieusement infantinisante pour la victime.

 Une relation bien plus gratifiante à terme et plus nourrissante pour le coeur.

 

 Je crois que cette réflexion est nécessaire pour sortir de l' assistanat environnant ,l'abus de pouvoir sans céder à l'individualisme .

 

 Pour aller plus loin :Christel Petitcollin "victime,bourreau ou sauveur:comment sortir du piège?"

 Lecture intéressante dans diverses problématiques :

    répétitions d'évènements: agressions,procès,injustices ...

    harcèlement 

    culpabilité tenace

    difficulté relationnelle

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire